Salaires : vers un monde plat

Il faut sans cesse le redire, l’ouverture à ces 10 pays a profondément modifié les paradigmes allemand et européen.Cependant, c’est au niveau même de la formation des revenus primaires que l’essentiel se joue.Si elle avait pu être appliquée, la taxe en question se serait élevée à 300 euros la tonne, soit un renchérissement de plus de 40% du prix sur les marchés mondiaux.L’Allemagne l’a compris depuis longtemps, pas la France.Cette contradiction risque de devenir de plus en plus flagrante dans les années à venir.Il serait quasiment génétiquement incapable de cet exercice dont Berthold Seewald se garde bien, par ailleurs, d’expliquer la substance.Tous deux ont obtenu l’indépendance de l’Espagne il y a deux siècles.C’est la raison pour laquelle l’appétit dont font preuve les membres de la zone euro à l’égard de l’endettement demeure débridé, les mécanismes de sanction prévus par le « pacte budgétaire » de l’Union européenne étant pendant ce temps discrètement mis de côté.Le leadership a également un coté plus abstrait.La France à la traîne…Tout d’abord, sur le plan macroéconomique, la faiblesse de la croissance, les moindres rentrées fiscales ainsi que la dérive naturelle de certaines dépenses auront vite fait, dès 2014, de rendre caduc le cadre général dans lequel s’inscrit cette LPM.De plus en plus en effet, les troubles profonds et souvent silencieux de notre planète donnent lieu à un traitement dont l’extrême complexité est due à la nature tant des sujets concernés que des acteurs qui en sont les solutions. Récemment sous la direction d’une ancienne «  tête  » de femme russe) continue également de peser sur l’économie. Ce « renoncement » n’est ni un choix, ni une fatalité.

Share This: