Refonder l’évaluation financière pour restaurer la confiance

Finalement, quelques acteurs détiennent des quantités de brevets telles qu’ils ne savent plus eux-mêmes si tous sont pertinents pour leur technologie, et lesquels sont simplement « dormants ».Le but étant de stabiliser les exportations et de s’intégrer de manière efficace dans la zone Asie. Des animations et la tenue de l’exposition «  un siècle de savoir-faire  » au Musée d’art et d’industrie doivent permettre d’irriguer le centre-ville.Si l’on ne meurt plus, comment vivra-t-on ?C’est le cas de la Sorbonne (paris IV) installée à Abu Dahi ou d’HEC au Qatar.Pas plus, pas moins.Elle accueillera plusieurs grosses boîtes, de Microsoft à Siemens en passant par Cisco, IBM, Boeing, Philips, Pfizer, Tata, Gazprom.Jusque-là rien de choquant.Le débat sur le salaire minimum qui agite la construction de la prochaine grande coalition au pouvoir outre-Rhin y répondra peut-être.Rien de plus faux historiquement là encore.En 2011, la part de l’industrie dans la valeur ajoutée totale ne représenterait plus que 12,6% en France, alors qu’elle représente encore 26,2% en Allemagne.Ce sous-emploi massif explique pourquoi la baisse du chômage n’enclenche pas sur la hausse des salaires.Quant à l’impact de la mesure dans son ensemble, il est négligeable avec une baisse de la consommation seulement de 0,4%.A l’heure où la planète entière pleure la disparition de Nelson Mandela, la France ne peut devenir un acteur comme les autres en Afrique.

Share This: