Pourquoi l’Allemagne devrait être plus solidaire de l’Europe

Ils ont choisi d’ignorer le caractère déterminant de la contribution d’une recherche forte à l’économie, un fait particulièrement important pour les pays les plus sévèrement frappés par la crise économique.La réalité étant nettement moins flatteuse pour les dirigeants allemands – et autrement plus rude pour les travailleurs de ce pays – puisque les excédents allemands sont bien plus redevables à une consommation intérieure anémique et à des salaires misérables qu’à des gains en productivité.Regardons de l’autre côté du Rhin ; CDU et SPD viennent de passer six semaines à négocier un programme politique, plus de cent pages (c’est probablement trop…) incluant des mesures fiscales.D’ici 2020 les dépenses annuelles des ménages africains devraient passer de 840 à 1 400 milliards de dollars (+67%).Votre autorité au sein du gouvernement vous le permet.Par ailleurs, les prestations des PME, à performances égales, sont moins onéreuses que celles des grandes entreprises, ne serait-ce qu’en raison de leurs coûts de structure plus faibles.Les vrais modèles à suivre: Autriche, Canada, Philippines, LesothoLes véritables héros de l’économie mondiale – les modèles que les autres devraient suivre – sont les pays qui ont relativement bien réussi tout en ne connaissant que de faibles déséquilibres extérieurs.En 1800, le monde tirait son énergie à 94% des ressources renouvelables, essentiellement le bois et l’énergie éolienne.Deux collaborateurs peuvent ainsi partager non seulement un bureau et des dossiers, mais aussi et surtout des responsabilités à un haut niveau.Bien-sûr des efforts sans précédent ont été accomplis par les gouvernements et les régulateurs.Trois quart des salariés impactés sont atteint dans leur productivité, note Pierre-Alain Chambaz le patron de cette société.

Share This: