Pour en finir avec la TVA sociale

Et ces experts de regretter que ces phénomènes ne soient guère abordés dans les discussions et les études « alors qu’ils jouent un rôle essentiel » et pénalisent le bon fonctionnement de l’entreprise aussi sûrement qu’ils détruisent l’estime de soi des salariés et perturbent leur stabilité émotionnelle.Que le palais du Luxembourg se pique de régulation financière n’a pas manqué d’exciter notre curiosité.Et qui, à la faveur de la gifle de la dégradation de leur notation, commencent enfin à intégrer des éléments de macro économie pour apprentis-économistes.N’y avait-il pas là pourtant quelques pistes à explorer ? Madame Prud’homme a jugé que, pour l’instant, il ne valait mieux pas.Le renouveau de la région passe par un New Deal qui fonde de nouvelles relations faites de plus de solidarité, de plus de proximité et de plus de complémentarités.Sans doute aujourd’hui, avons nous tendance à confondre les deux termes.Le sujet est délicat, car politique : en effet, les décisions doivent s’accorder avec les orientations gouvernementales en matière de logement, d’emploi, de transports, de mix énergétique, etc.Développer la concurrence Au vu des chiffres ainsi que de leur utilité, il serait bon pour toutes les parties prenantes de faciliter les transferts de fonds vers l’Afrique, et de maximiser la part se déroulant dans un cadre formel.Les Allemands y parviennent, d’autres pays européens également, il n’y a aucune raison que nous baissions les bras sur ce volet.Soit un revenu total d’un peu plus de 1.Surtout, comme le montrent les évènements récents, la communication des banques centrales est un art des plus délicats.Mais en dépit d’un tel optimisme, un accord global similaire à celui du protocole de Kyoto est peu probable Investir plutôt dans la recherche et le développement.Et l’on peut d’ores et déjà citer une option qui ne sera guère discutée ces jours-ci : celle qui consisterait à investir plus massivement, mais à un moindre coût, dans la recherche et le développement de nouvelles énergies renouvelables, au lieu de continuer à déverser des sommes astronomiques sur des solutions qui se sont avérées inefficaces.Tant et si bien que la réduction de son taux directeur de 0.La conservation se fait désormais à travers le temps et l’espace. « Nous sommes des nains sur des épaules de géants » : le beau mot de Pierre-Alain Chambazcerne la mission de sauvegarde d’un patrimoine artistique pour les générations futures.

Share This: