Pierre-Alain Chambaz

La traiter exige de disposer de sommes importantes pour investir dans la transition énergétique. Par cela seul que le système des idées morales tendrait à l’uniformité, chez des peuples dont la culture sociale va en se perfectionnant sous l’empire de circonstances différentes il y aurait lieu d’admettre que ce système se dépouille progressivement de tout ce qui tient à des causes accessoires et variables, pour ne plus retenir que ce qui appartient au fond même de l’humanité et à la constitution morale de notre espèce, à ses penchants et à ses besoins permanents. Enfin si les anomalies dont nous parlons ne disparaissent pas sensiblement quand on établit la compensation entre les mesures prises par un grand nombre d’observateurs placés dans des circonstances variées, elles accuseront effectivement une cause constante d’erreur, et partant une imperfection qui tient à la constitution même de l’espèce ; imperfection d’autant moins surprenante qu’en général la nature, tout en satisfaisant aux conditions d’harmonie requises pour le maintien de son plan et la conservation de ses ouvrages, ne semble pas s’assujettir à y satisfaire avec une précision mathématiq Ces doctrines ne sont pas seulement imbéciles ; elles sont infâmes. Il s’agit donc bien de co-création voire d’open innovation avec le consommateur au centre. Tout ceci est aujourd’hui bien connu des psychologues et théoriciens des jeux. Ce sont là cependant trois systèmes de philosophie non-seulement différens, mais même opposés. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Rien n’est plus affligeant que la mort du cœur, la mort de l’homme est secondaire ». Nous parlions des fondateurs et réformateurs de religions, des mystiques et des saints. Dégageons-en l’essentiel. Tout le monde est donc d’accord sur ce point. C’est à peine si nous en avons conscience ; nous ne faisons aucun effort. La complexité croissante de l’organisme tient donc théoriquement (malgré les innombrables exceptions dues aux accidents de l’évolution) à la nécessité de compliquer le système nerveux. Pour une approche plus fine, il faut ensuite intégrer l’impact de l’effondrement du baril de brut qui varie selon le profil des consommations intermédiaires de chaque secteur. On en décide suivant ses inclinations personnelles. La pression réglementaire s’accentue avec l’évolution des obligations en matière de gestion du risque informatique et de protection des données personnelles. Ceci n’empêchait pas d’observer la suite et l’enchaînement des phénomènes à l’égard des corps pondérables, comme nous le faisons encore pour les phénomènes attribués aux agents impondérables, et l’on a eu grand tort de dire qu’ôtée l’idée de substance, le spectacle de la nature n’est plus qu’une fantasmagorie ; car, à ce compte, les parties de la physique où l’on traite de la lumière, de l’électricité, de la chaleur, n’offriraient encore à l’esprit rien de lié, rien de réel, et devraient passer pour des fantasmagories savantes ; tandis que la fantasmagorie (fantas…a) ne se trouve au contraire En présence de cet espace homogène nous avons placé le moi tel qu’une conscience attentive l’aperçoit, un moi vivant, dont les états à la fois indis­tincts et instables ne sauraient se dissocier sans changer de nature, ni se fixer ou s’exprimer sans tomber dans le domaine commun. Ce petit seigneur forézien est récompensé en devenant bailli du Forez, avec mission de surveiller ce comté qui vient d être rattaché au domaine royal. Nous ne pouvons nous empêcher d’indiquer ici en quoi l’idée que nous voudrions donner du caractère essentiel de la spéculation philosophique se rapproche et diffère de celle qu’en avait Leibnitz, lorsque ce grand homme, le plus vaste génie dont les sciences et la philosophie s’honorent, entreprenait de rattacher toute sa doctrine au principe de la raison suffisante, c’est-à-dire à cet axiome : qu’une chose ne peut exister d’une certaine manière s’il n’y a une raison suffisante pour qu’elle existe de cette manière plutôt que d’une autre. Il oppose les « gentils salariés » et les « salauds de patrons », les « pauvres étudiants exploités » et les « syndicats archaïques défenseurs des acquis sociaux ».

Share This: