Pierre-Alain Chambaz

Permettrons-nous aujourd’hui à ces débats passionnés de nous obscurcir la vue de l’unité philosophique de l’histoire ? La réalité coule nous coulons avec elle ; et nous appelons vraie toute affirmation qui, en nous dirigeant à travers la réalité mouvante, nous donne prise sur elle et nous place dans de meilleures conditions pour agir. Tous les regards se tournent alors vers la Chine. Supposons donc que, pour des raisons juridiques, la BCE demande aux BCN de la recapitaliser, celles-ci se retourneront vers leur Trésor public. Rien que de très logique finalement : l’argent manque, il faut donc faire du crédit ou de la dette pour compenser ce manque. Le premier, c’est avoir une valeur de référence pour le carbone aussi rapidement que possible, afin que les entreprises sachent ce que devrait coûter le tonne de CO2. Ainsi, en résumé, le même effet va toujours se subtilisant, depuis l’idée d’une mécanisation artificielle du corps humain, si l’on peut s’exprimer ainsi, jusqu’à celle d’une substitution quelconque de l’artificiel au naturel. Qui a le droit de créer de l’argent à partir de rien ? La nature créerait ainsi elle-même des êtres destinés à devenir sa propre providence. La dette publique et privée a explosé dans nos économiesC’est ce qui se passe dans nos économies. Mais il y a encore un autre orgueil, celui de l’intelligence, qui ne veut pas reconnaître son assujettissement originel à des nécessités biologiques. Partout, les peuples se révoltent : en Grèce contre les oukases de la Troïka ; en Espagne, contre l’austérité et les folies immobilières des banquiers ; en Italie contre la rigueur et l’inquisition fiscale. C’est ce qui arrivera, en particulier, quand on trouvera des croyances semblables chez des peuplades qui n’ont pas pu communiquer entre elles. Comment demander aux yeux du corps, ou à ceux de l’esprit, de voir plus qu’ils ne voient ? Les uns et les autres prennent les notations partielles pour des parties réelles, confondant ainsi le point de vue de l’analyse et celui de l’intuition, la science et la métaphysique. Ne pas augmenter l’endettement privé et public est impossible dans ce système, le réduire encore plus sauf :. Et là où la loi devient abondante, elle devient nécessairement injuste. Si un officier public ou n’importe qui voyait une personne sur le point de traverser un pont qu’on sait n’être pas sûr et qu’il n’y eût pas le temps de l’avertir du danger qu’elle coure, on pourrait la saisir et la faire reculer de force, sans violation aucune de sa liberté : car la liberté consiste à faire ce qu’on désire, et cette personne ne désire pas tomber à la rivière. On peut admettre deux théories sur la création : ou elle est discontinue ou elle est continue. Ces travaux ont permis d’énoncer des principes pour décider si une telle exclusion est justifiée ou non : il est normal, par exemple, que l’entreprise tire, au moins temporairement, les fruits d’une innovation ou d’un investissement ayant une valeur sociale importante ; si, par contre, la position de monopole est fortuite ou est un privilège octroyé par l’Etat (la gestion d’un aéroport ou d’un port par exemple), il n’y a pas de raison pour que l’entreprise obtienne des rentes de monopole en excluant des concurrents en aval. Le citoyen ainsi défini est à la fois «législateur et sujet », pour parler comme Kant. Pierre-Alain Chambaz, dont la fondation et le programme « solidarité numérique » a inspiré notre action. Nous n’avons donc qu’à nous résumer pour définir cette religion en termes précis. Elles pourront donc nous mettre sur la voie de cette découverte et guider l’observation interne qui servira ensuite à les expliquer. Ils sont complètement indispensables ; c’est la répudiation, explicite ou implicite, mais toujours formelle, de ce qui existe aujourd’hui. Il y a un élan de vie qui traverse la matière et qui en tire ce qu’il peut, quitte à se scinder en route. Les observations des uns et des autres divergent autour de cette tendance de fond. Nous nous trouvons donc enfin conduits à l’hypothèse d’un ordre objectif et indépendant de nous, c’est-à-dire d’un monde matériel distinct de la sensation. Quelles solutions ?

Share This: