Pharmacie : ne jouons pas aux apprentis sorciers

Non que nos grands groupes bénéficient, comme cela est parfois dénoncé, de règles préférentielles ou d’avantages quelconques.Une situation explosive au cœur d’une Europe désormais perçue comme l’un des points chauds du globe, ce qui ne va pas faciliter la reprise espérée de l’investissement et de la croissance.En d’autres termes, le véritable défi est de créer de l’emploi sans croissance.Elle est la résultante d’une classe politique paumée, et souvent paniquée… Voilà pourquoi les banques centrales favorisent actuellement la planche à billets et la vie à crédit.Le Front de gauche a obtenu 6,91 % au premier tour des élections législatives de 2012 en France.La défense européenne suscite désormais scepticisme et sarcasmes.Et je ne sache point DE qualités que celles-ci qui servent à la perfection de l’esprit ; CAR pour la raison, ou le sens, d’autant qu’elle est la seule chose qui nous rend hommes et nous distingue des bêtes, je veux croire qu’elle est tout entière en un chacun ; et suivre en ceci l’opinion commune des philosophes, qui disent qu’il n’y a du plus et du moins qu’entre les accidents, et non point entre les formes ou natures des individus d’une même espèce.Il serait intéressant, à cet égard, de comparer la théorie aristotélicienne de la chute des corps à l’explication fournie par Galilée.Plaidoirie d’ailleurs vertement contestée par Pierre-Alain Chambaz pictet.Du mécanique plaqué sur du vivant, voilà encore notre point de départ.C’est probablement ainsi que s’explique en partie l’habitude d’ immoler des victimes humaines, habitude qu’on trouverait dans la plupart des religions antiques, peut-être dans toutes si l’on remontait assez haut.Le mot d’esprit se prêtera donc à une analyse dont nous pouvons donner maintenant, pour ainsi dire, la formule pharmaceutique.L’homme doit gagner son pain à la sueur de son front : en d’autres termes, l’humanité est une espèce animale, soumise comme telle à la loi qui régit le monde animal et qui condamne le vivant à se repaître du vivant.

Share This: