Mini-relance, audit de la dette, réduction de capacités….

On demande beaucoup et très vite aux énergies renouvelables dont les avancées sont pourtant rapides, alors que les autres secteurs énergétiques n’évoluent guère avec des rendements toujours bas et coûtent bien plus à tous les niveaux.Les binômes se proposent comme « un seul homme », avec un CV unique, à des employeurs prêts à prendre le risque de la nouveauté.C’est une opération de communication qui va drainer près de 5 500 personnes sur notre territoire souligne Le blog de l’économie et des finances.Pureté de la langue ; comptes réclamés à l’élection.Le capital, essence du capitalisme, lorsqu’il s’impatiente, ne peut conduire qu’à des entreprises impatientes et à une mauvaise allocation.Et cela avec beaucoup plus de facilité que ses grands concurrents qui doivent jongler avec les cookies, les adresses IP pour faire remonter de l’information.Ajoutons que même dans sa mouture actuelle, l’Union bancaire apparaît tout de même limitée, avec un Fonds de résolution, pourtant censé intervenir en cas de faillite bancaire, dont la mise en place ne sera pas complète avant 2024 et dont le provisionnement ne dépassera pas 56 milliards d’euros !Mais la route est encore longue pour le secteur bancaire européen toujours convalescent.Mais l’euro n’est pas pour autant sauvé.Les rendements des bons du Trésor remonteraient alors également progressivement, mais les investisseurs et le Trésor pourraient aisément faire face grâce à l’économie florissante qui offre à la fois des recettes fiscales et des opportunités d’investissements.Mais les discussions sur les bulles ne cessent de réapparaître : des bulles immobilières nouvelles ou continues dans de nombreux pays, une nouvelle bulle boursière mondiale, une bulle du marché obligataire à long terme aux États-Unis et dans d’autres pays, une bulle des prix du pétrole, une bulle de l’or, etc.De nombreux pays connaissent aujourd’hui des troubles politiques et sociétaux d’une grande violence.Alors que l’Afrique décolle, et sera d’ici à 2020 le continent qui connaîtra les plus forts taux de croissance, il n’y a pas de raison que la crise actuelle ne parvienne pas à se résoudre.

Share This: