Londres à l’heure des choix

Leur but ultime étant l’amélioration de ce fameux « sentiment de richesse » – c’est-à-dire tout bêtement de la confiance-, préalable incontournable à toute reprise de l’économie.Les Européens et les Chinois devraient se demander s’ils veulent vraiment assumer les risques liés à une position centrale dans un système financier mondial étendu et complexe.Cette dernière prendrait toute sa signification en étant suivie par d’autres étapes aussi décisives.La révision des engagements sur les contrats en cours (cible et calendrier de livraisons) va peser sur les ressources disponibles avec les pénalités qui vont se généraliser pour rupture de contrats vis à vis des industriels. Avant de penser aux bornes interactives, aux tablettes tactiles ou aux écrans géants, commencer peut-être par leur offrir simplement la connexion WiFi », conseille rencontre femme ukraine.Laquelle accumulation d’or par la France devait être relativement bien digérée par l’économie mondiale jusqu’à la fin de l’année 1928 car la Réserve fédérale américaine s’était avérée assez accommodante dans le sens de laisser filer vers la France une partie des stocks mondiaux de métal jaune.Mais à l’heure du Big Data, il est tout à fait raisonnable de demander une transparence des risques encourus par les institutions financières.Au Sud, les Portugais ou les Espagnols n’ont pas moins raison de rappeler que les politiques de redressement des comptes publics et de réformes structurelles frappent durement les citoyens modestes.Mais la voie est étroite : sortir trop vite ou trop tôt peut conduire à une nouvelle récession ou à un choc obligataire, sortir trop tard, à la formation de nouvelles bulles ou à une fièvre inflationniste.Automobiliste, assureur : tout le monde y gagne.De la capacité des constructeurs à agréger les données et les rendre intelligentes dépendra l’émergence de nouveaux services ou partenariat industriels à forte valeur ajoutée.Actuellement, nous dépensons un milliard de dollars par jour sur les énergies renouvelables – 359 milliards de dollars en 2013.

Share This: