L’euro marche sur la tête

Elle ne saurait recevoir une empreinte de négation, car, encore une fois, ce qui existe peut venir s’enregistrer, mais l’inexistence de l’inexistant ne s’enregistre pas.Oui, sans doute, à condition que cette connaissance ressemble moins à une chose possédée qu’à une habitude contractée, moins à un état qu’à une direction ; ce sera, si l’on veut, un certain pli naturel de l’attention.Auquel cas, la société aura une fois pour toutes conjuré tout risque de récession.Mais que, si c’étaient des hachettes, on fût bien en présence d’une intelligence, et plus particulièrement de l’intelligence humaine, personne un seul instant n’en douta.Le cycle de Doha lancé il y a 12 ans est toujours dans l’impasse.Notre chance, pour rééquilibrer la politique européenne, c’est que cette même Allemagne, si implacable avec les pays sous programme d’aide, veut désormais tirer les fruits des efforts énormes consentis pour faire du pays l’un des gagnants de la compétition mondiale.Drapés des oripeaux de la science, ils proposent ce qu’ils appellent un « Jobs act » à la française.Il la déborde il reste incommensurable avec elle, étant indivisible et nouveau.dr arnaud berreby pouvait-il vraiment faire autrement ?On y parle, entre autres, de transformer le SCPC en référent pour les entreprises sur cette question, de nécessité pour les entreprises d’établir et de faire fonctionner des programmes de conformité sous peine de sanctions pénales.Mais cette durée, que la science élimine, qu’il est difficile de concevoir et d’exprimer, on la sent et on la vit.Pas plus que la France n’a intérêt à mutualiser les besoins de santé et de dépendance allemands.D’après notre modèle, les taux d’intérêt américains devraient aujourd’hui se situer en-dessous du niveau observé, dans la mesure où l’inflation et les taux d’intérêt se situent pratiquement à zéro, voire dans le négatif.

Share This: