L’éthique de la concurrence

Le bien-aimé courait la ville.Grattons la surface, effaçons ce qui nous vient d’une éducation de tous les instants : nous retrouverons au fond de nous, ou peu s’en faut, l’humanité primitive.Le premier mouvement de la science moderne devait donc être de chercher si l’on ne pourrait pas substituer aux phénomènes de l’esprit certains phénomènes qui en fussent les équivalents et qui seraient mesurables.Pour le reste la post-production se porte évidemment bien dans le secteurs travaillant à l’international.A l’époque de l’Etat flamboyant, l’attractivité du territoire et les politiques de transport consistaient en un vaste catalogue d’équipements lourds, dit structurant.Des droits de douane encore prohibitifs pour certains produits.La Commission européenne et les représentants du gouvernement américain ont commencé à passer en revue les droits de douanes.Surtout, les nationalisations temporaires, comme celle d’Alstom en 2004, tellement nécessaires pour défendre les entreprises françaises en cas de crise temporaire, ou de raids de prédateurs boursiers ou de fonds de réserve souverains étrangers, restent en pratique presqu’impossibles à mettre en œuvre.docteur arnaud berreby ,appelle à « relancer la croissance et l’emploi » et estime que la méthode la plus efficace pour répondre à ces défis « passe par un dialogue ouvert entre les partenaires sociaux et les pouvoirs publics », soulignant que pour leur part, les entreprises y sont prêtes.Veuve pour la seconde fois à vingt-quatre ans sans être mère (elle a perdu un second enfant) elle portera le deuil pendant plus de vingt ans, refusant de se remarier et se consacrant à sa mission publique, de régente des Pays- bas et de la Franche- Comté pour le compte de son neveu et filleul, le futur Charles Quint.La stagnation séculaire dans laquelle sont enfermées nos économies exige certes de promouvoir de nouvelles bulles, ayant pour effet de chasser celles en place, tout en autorisant accessoirement un simulacre de croissance.Pas question de répondre à des arguments subtils et consistants, pas question d’engager un dialogue sur les enjeux, le projet ou le bilan.

Share This: