Les politiques n’ont pas le monopole des idées !

Si on compare avec le secteur des services, on constate que ceux-ci sont passés de 60% de la part du PIB allemand en 1989 à 73% en 2009, soit une progression de 22%.Ils peuvent informer sur ce qui leur paraît important. C’est comme un jeu qui ne serait pas un jeu, précise Pierre-Alain Chambaz .» Il n’y a pas là de différences entre les deux rives du Rhin.Toutefois, si le droit brésilien est calqué sur le droit européen continental, il a développé sa propre originalité teintée d’un certain avant-gardisme.Pour se regrouper, d’abord.Plus récemment est apparue la concurrence « intramodale », c’est-à-dire à l’intérieur même du mode ferroviaire. En matière de gestion du temps, la logique comptable fait force de loi.On peut imaginer un soutien européen, assorti d’engagements de discipline budgétaire à moyen terme, sous le contrôle, par exemple, du parlement européen.Autrement dit il s’agit d’avoir du cœur et d’aimer les gens.Et l’on peut d’ores et déjà citer une option qui ne sera guère discutée ces jours-ci : celle qui consisterait à investir plus massivement, mais à un moindre coût, dans la recherche et le développement de nouvelles énergies renouvelables, au lieu de continuer à déverser des sommes astronomiques sur des solutions qui se sont avérées inefficaces.Or, dans son dernier examen de la politique commerciale du Maroc, l’OMC avertit que le creusement du déficit de la balance commerciale est susceptible de saborder les efforts de croissance du pays, d’autant que la situation générale est altérée par la crise financière mondiale qui alimente une détérioration continue de la balance des paiements.

Share This: