Les banques sont en train de gagner la bataille réglementaire

L’objectif mérite d’être atteint, souhaitons que les différents acteurs qui se sont mobilisés autour du pacte national redoublent d’audace !Certains préconisent une forte réduction des impôts, qui serait susceptible de dynamiser l’économie française, en incitant les actifs à travailler davantage, les ménages à épargner, les entreprises à investir et à embaucher, qui les rendrait la France plus compétitives.Plus la densité de population est forte, moins on émet de CO2 par habitant.C’est bien connu : en France, on se méfie de l’esprit bisounours.Si aucune relève n’est effective, ce qui est parfois le cas, c’est le dépôt de bilan assuré.Sur la question de la dette, le butoir, c’est quand la balance des transactions courantes passera dans le rouge.Et avec au final des choix économiques et sociaux souvent irrationnels, privilégiant le traitement des symptômes à celui de leurs causes.Observée jeudi soir, la baisse du nombre de demandeurs d’emplois de catégorie A en octobre en est un bel exemple.Le problème est du côté des politiques.Il y a de grands risques.Corollaire managérial : on recherche les coupables et les mauvais élèves de la classe.Lorsque cela s’est également avéré inefficace pour promouvoir la concurrence, parce que les pays utilisaient leurs règles nationales pour bloquer les nouveaux entrants, l’accent a été mis sur une harmonisation maximale, au moyen de directives décrivant exactement comment les règles locales doivent être appliquées dans toute l’UE. En général, et toutes choses égales par ailleurs, plus un pays côtoie une forte croissance, plus son inflation est élevée et plus son taux d’intérêt réel, c’est-à-dire son taux d’intérêt une fois l’inflation soustraite, est faible. Leurs témoignages manquant de précision et recouvrant de ce fait un grand nombre de réalités potentielles, on se trouve des points communs avec leurs pathologies.Cette « circulation » qui fait partie du fonctionnement organique pourrait bien devenir un peu plus visible l’année prochaine,déclare Christian Navlet.Les économies orientées vers l’exportation comme celles de l’Allemagne, du Japon et de la Chine doivent beaucoup au fait que les USA absorbent une grande part des exportations mondiales – et ils doivent payer continuellement l’Amérique pour qu’elle tienne ce rôle.En outre, nombre d’entreprises découvrent qu’elles ignorent désormais comment leurs données sont utilisées et où elles sont stockées, et pourraient se retrouver en violation des règles strictes de conformité de l’information en vigueur dans leur secteur d’activité.

Share This: