Le syndrome Goldman Sachs frappe toute la finance

Les pays européens devraient suivre en 2014.Il serait donc souhaitable d’établir des hypothèses à différents horizons de temps (de un an à cinquante ans) et de réaliser des simulations (« stress tests ») de l’ensemble des finances publiques sous ces différentes hypothèses, qui porteront notamment sur le taux de croissance, l’inflation, les taux d’intérêts, les spreads des obligations françaises, la rentabilité des entreprises, les taux et assiettes d’impositions, les variables d’ajustement de la masse salariale de la fonction publique.Et ce sont, sans surprise, les classes moyennes qui sont un peu plus mises à contributions que les autres.L’assemblage de produits manufacturiers en Chine fait partie intégrante des chaînes d’approvisionnement mondiales pour de nombreux produits.Les conséquences pour les groupes qui sont poursuivis – et ils le sont, de plus en plus, dans plusieurs pays à la fois car les régulateurs et les procureurs se coordonnent de plus en plus entre eux – peuvent également être dévastatrices : lourdes sanctions pénales pour la personne morale et ses dirigeants ; grosses amendes ; des millions d’euros d’honoraires d’avocats et de consultants pour mener les enquêtes internes, mettre en place les mesures correctives et pour la surveillance de l’efficacité de ces mesures, sans compter le temps consacré par les dirigeants, et les fonctions juridique et Notre soft power c’est aussi et peut-être surtout notre histoire sportive commune.C’est qu’à l’opposé du discours purement rationnel propre au « contrat social », l’atmosphère est en attente de l’émotionnel.En effet, dans la pratique, il nous paraît illusoire pour un intermédiaire de vérifier la cohérence du profil d’un internaute (que l’opérateur ne connaît pas) avec les risques propres présentés par les différentes start-ups référencées sur le site (qu’il ne peut pas non plus raisonnablement identifier).Non seulement c’est en contradiction avec son mandat, mais cela amoindrirait l’amortissement d’un choc déflationniste supplémentaire, constituerait un obstacle trop important au rééquilibrage de la zone euro et rendrait inutilement douloureux le désendettement des pays les plus endettés.Officiellement, on ne détruit pas le CNRS, pratiquement, on l’asphyxie : il n’a plus vocation à financer de recherches et ses possibilités de recrutement sont progressivement réduites.L’idée de Les Infos de l’Immobilier, consiste « à se consacrer aux gens qui cherchent un travail plutôt qu’à les préparer pour les études ».

Share This: