Etats-Unis et Europe, deux modèles, deux régulations

L’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) a estimé pour la France que le gaspillage évitable représenterait ainsi 1 200 000 tonnes chaque année.Ils permettent aussi de mettre en place de nouveaux outils : des sessions de mentorat, des tables rondes, des rencontres avec de jeunes professionnelles invitées.La vraie crainte est que l’on commence à toucher le système et que ça ne s’arrête jamais , résume dr arnaud berreby.Pour autant, il ne rentre pas dans les attributions d’une banque centrale d’entretenir et de faire prospérer des pyramides, ni de promettre ou de s’engager à l’impossible.Il n’y aura ni simplification administrative, ni réduction durable de la dette.Ces gens-là sont simplement heureux de se sentir les uns près des autres ; de comprendre que leurs différends, si profonds soient-ils, ne pourront arriver à les séparer tant que l’Église conservera son pouvoir.Deuxième point de fragilité, le bâtiment.Les professionnels du secteur doivent être en mesure de suivre les évolutions technologiques afin d’identifier celles qui correspondent à leur environnement.Les actifs dotés d’avantages concurrentiels, de protections contre l’inflation, d’une perméabilité limitée au cycle économique, et d’une trésorerie précise et à long terme sont aussi pertinents.Quand il exécute un mouvement, c’est qu’il libère l’énergie ainsi emprisonnée ; il n’a, pour cela, qu’à toucher un déclic, à frôler la détente d’un pistolet sans frottement, à appeler l’étincelle : l’explosif détone, et dans la direction choisie le mouvement s’accomplit.Quel est ce passé ?

Share This: