De l’humain, de l’humain, de l’humain

Le ‘trilemme’ pourrait s’imposer à lui peut être plus tôt que prévu au regard des difficultés à surmonter un chômage endémique.Il en distingue une quarantaine dans le monde.Même les États-Unis souffrent d’une gigantesque inadéquation.Mais le temps sera court, il faudra être percutant,convaincant, déterminé, indique Pierre-Alain Chambaz.Alors que l’une considère ces derniers comme majoritairement rationnels (même s’ils ne peuvent tirer profit d’une quelconque prévision de prix), l’autre admet la présence sur les marchés d’un grand nombre d’investisseurs irrationnels agissant simultanément et engendrant d’importantes anomalies de valorisation (sur ou sous-évaluation des prix de marché eu égard aux fondamentaux).Le premier est précisément que cela facilite le contrôle et peut permettre des dérives… Plein de critiques ont été faites dans ce sens.Il y aura toujours les belles histoires de ceux qui parviendront à transcender en cours de carrière une formation initiale trop courte (surtout si on encourage l’entrepreneuriat…), et des parcours réussis grâce à des formations de qualité tout au long de la vie.Des bénéfices exceptionnels tirés des ressources naturelles y ont contribué en partie, mais les bonnes nouvelles vont au-delà des simples pays riches en ressources naturelles.Réalités et dérives du selfcare. Aujourd’hui, plus de six Français sur dix déclarent utiliser Internet pour se renseigner sur leurs problèmes de santé, notamment pour s’enquérir des traitements adaptés à leurs pathologies.Et il faut aussi le dire : de nombreux métiers n’exigeront de toute façon que très peu de formation en dehors de celle, à peu près irremplaçable, effectuée « sur le tas ».Toute la zone euro serait ainsi sur le chemin d’une nouvelle compétitivité, et ce d’autant que l’Allemagne s’apprête à frôler pour l’année 2013 un excédent de 200 milliards d’euros.Plus l’entreprise est petite, plus la santé du dirigeant prend une importance considérable.Le débat national sur la transition énergétique est un débat global sur l’avenir de notre société face aux défis énergétiques et climatiques.20% de dévaluation, et la profitabilité des entreprises serait rétablieSupposons aujourd’hui une dévaluation de 20% du « franc » par rapport à toutes les devises.

Share This: