Crise de l’euro : éloge de la dévaluation

Les nouvelles en provenance du Japon, notamment le chiffre de la croissance au deuxième trimestre, sont bonnes.Le liant de ce grand dessein francophone de prospérité commune est naturellement la langue française, langue de culture et de diplomatie, mais aussi langue entrepreneuriale d’avenir, parlée par 60% par des jeunes de moins de trente ans, apprise par 100 millions d’élèves chaque jour et troisième langue la plus utilisée sur Internet.La biodiversité terrestre et marine est aujourd’hui présentée comme une série d’anecdotes : des populations d’abeilles déclinantes, des loups dangereux pour les moutons, des thons rouges traqués par des pêcheurs avides, des méduses surabondantes et dangereuses pour les touristes, des salamandres en voie d’extinction bloquant la construction d’une autoroute… La liste est longue et relève plus des faits divers que d’une approche scientifique ou politique.Résultat : près de 700 000 euros de retombées économiques, 4 700 nuitées, 15 800 couverts et un net regain d’image pour la ville.Mais attention à la taxe à 75% !Les politiques industrielles vertes peuvent s’avérer porteuses de dégâts lorsque les stratégies nationales prennent non pas la forme d’une démarche de subvention aux industries intérieures, mais celle d’une imposition des industries vertes étrangères ou d’une restriction de leur accès au marché.Depuis le 31 juillet, le BEA inclut l’apport de la production intellectuelle. »Il y a une tension entre intelligence et participation », a-t-il commencé par expliquer.Prospectives économiques africaines, a défendu son projet avec vigueur et conviction.Le troisième point d’appui consiste à bâtir un véritable projet pour notre défense, et ne pas se contenter d’un Livre Blanc, exercice institutionnel indispensable, mais pas suffisant.Mais examinons les faits : sur les cent dernières années, plus de 2,8 millions de Français sont morts du fait d’un conflit auquel la France était partie ; sur ce nombre, moins de 500 sont morts depuis 1964, soit moitié moins qu’en un seul jour de la guerre de 1914-1918.Ce sont les opérateurs de transfert d’argent qui occupent une place prépondérante sur le marché de l’envoi d’argent.Au nom de quoi devrions-nous accepter que ceux-ci soient empêchés de l’exercer et les contraindre à rentrer dans l’illégalité, l’inactivité ou l’appauvrissement ?

Share This: